Le rêve des chevaux brisés – William BAYER

5,00 

Traduit par Gérard DE CHERGE
 » Il y a une heure que je dessine. Je termine mon croquis : l’embrasure de porte inondée de lumière, les silhouettes disloquées sur le lit noyé d’ombres. Je pose mon carnet et m’allonge sur le dos, le cœur battant à grands coups… Cette chambre, me dis-je, a été la scène du crime ; j’ai donc bien fait de venir en respirer l’air, la contempler de mes yeux, saisir la façon dont les bruits résonnent dans cet espace confiné, voir le motif particulier que dessine la lumière sur le plancher. Je parcours les murs du regard, sachant qu’y sont incrustés les échos de la mort de Tom Jessup et Barbara Fulraine…  » Dans une ville du Midwest, par un après-midi torride, un homme et une femme sont entrain de faire l’amour dans une chambre de motel quand, soudain, la porte s’ouvre à la volée. Une silhouette en imperméable brandit un objet long et sombre. Suit une double détonation… Les deux victimes sont Barbara Fulraine, égérie de la haute société, et son amant Tom Jessup, modeste professeur dans une école privée. Comment une grande bourgeoise à la beauté spectaculaire a-t-elle pu finir de façon aussi sordide et tragique ? Vingt-six ans après, David Weiss revient dans cette ville où il a grandi, à l’occasion d’un procès qu’il doit couvrir en tant que dessinateur judiciaire. Il va tenter de répondre à cette question qui le hante. Pour cela il se plonge dans les documents relatifs à l’affaire Fulraine, et dans les papiers de son père – qui était par ailleurs le psychanalyste de la victime. Il se souvient que le double meurtre avait profondément perturbé la vie de ses parents. Lui non plus ne sortira pas indemne de cette histoire quand il découvrira la vérité. Erotique, psychanalytique, énigmatique et noir, Le Rêve des chevaux brisés conjugue admirablement suspense et émotion. C’est le chef-d’œuvre de William Bayer à ce jour.

Dessinateur judiciaire, David Weiss revient dans sa petite ville natale du Midwest pour croquer un procès. Mais ses pensées vont vers un autre homicide, commis voilà plus d’un quart de siècle. « Je suis revenu, voyez-vous, pour tenter d’élucider mon passé. Et aussi, je l’espère, pour compléter la grande étude de cas, laissée inachevée par mon père. » Il y a vingt-six ans, la femme divorcée d’un membre de l’une des familles les plus riches de la ville a été assassinée avec son amant, simple professeur d’une école privée. Pourquoi ce double meurtre avait-il affecté les parents de David au point de faire voler leur famille en éclats ? L’enquête du dessinateur débouche sur une vérité faite de souffrance et de sang. Avec cette intrigue semblable aux rouages d’un mouvement d’horlogerie dont il surveille sans cesse la marche, William Bayer a obtenu le Prix Mystère 2005 du meilleur roman étranger.

En stock

Catégorie :

Description

Traduit par Gérard DE CHERGE
 » Il y a une heure que je dessine. Je termine mon croquis : l’embrasure de porte inondée de lumière, les silhouettes disloquées sur le lit noyé d’ombres. Je pose mon carnet et m’allonge sur le dos, le cœur battant à grands coups… Cette chambre, me dis-je, a été la scène du crime ; j’ai donc bien fait de venir en respirer l’air, la contempler de mes yeux, saisir la façon dont les bruits résonnent dans cet espace confiné, voir le motif particulier que dessine la lumière sur le plancher. Je parcours les murs du regard, sachant qu’y sont incrustés les échos de la mort de Tom Jessup et Barbara Fulraine…  » Dans une ville du Midwest, par un après-midi torride, un homme et une femme sont entrain de faire l’amour dans une chambre de motel quand, soudain, la porte s’ouvre à la volée. Une silhouette en imperméable brandit un objet long et sombre. Suit une double détonation… Les deux victimes sont Barbara Fulraine, égérie de la haute société, et son amant Tom Jessup, modeste professeur dans une école privée. Comment une grande bourgeoise à la beauté spectaculaire a-t-elle pu finir de façon aussi sordide et tragique ? Vingt-six ans après, David Weiss revient dans cette ville où il a grandi, à l’occasion d’un procès qu’il doit couvrir en tant que dessinateur judiciaire. Il va tenter de répondre à cette question qui le hante. Pour cela il se plonge dans les documents relatifs à l’affaire Fulraine, et dans les papiers de son père – qui était par ailleurs le psychanalyste de la victime. Il se souvient que le double meurtre avait profondément perturbé la vie de ses parents. Lui non plus ne sortira pas indemne de cette histoire quand il découvrira la vérité. Erotique, psychanalytique, énigmatique et noir, Le Rêve des chevaux brisés conjugue admirablement suspense et émotion. C’est le chef-d’œuvre de William Bayer à ce jour.

Dessinateur judiciaire, David Weiss revient dans sa petite ville natale du Midwest pour croquer un procès. Mais ses pensées vont vers un autre homicide, commis voilà plus d’un quart de siècle. « Je suis revenu, voyez-vous, pour tenter d’élucider mon passé. Et aussi, je l’espère, pour compléter la grande étude de cas, laissée inachevée par mon père. » Il y a vingt-six ans, la femme divorcée d’un membre de l’une des familles les plus riches de la ville a été assassinée avec son amant, simple professeur d’une école privée. Pourquoi ce double meurtre avait-il affecté les parents de David au point de faire voler leur famille en éclats ? L’enquête du dessinateur débouche sur une vérité faite de souffrance et de sang. Avec cette intrigue semblable aux rouages d’un mouvement d’horlogerie dont il surveille sans cesse la marche, William Bayer a obtenu le Prix Mystère 2005 du meilleur roman étranger. ISBN : 9782743612993. Rivages

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le rêve des chevaux brisés – William BAYER”